Un monde sous l’eau

Très jolie campagne de CarbonStory pour sensibiliser les populations aux conséquences du réchauffement climatique. Allez sur le site et tapez votre propre adresse ou celle d’un lieu que vous aimez bien, c’est vraiment bien fait.

La difficulté est de faire passer deux messages. Le premier est que tout le monde est concerné et pas seulement les zones côtières. Le second est que cela vaut la peine de faire l’effort, individuellement, de réduire sa propre empreinte carbone. Sur ce dernier point, il semble qu’après une – courte – période de prise de conscience et durant laquelle nous nous sentions tous concernés, la majorité a doucement, non pas baissé les bras mais relâché ses efforts. L’ampleur de la tâche est tel qu’il est parfois difficile de se rendre compte que chacun peut avoir un impact. C’est d’autant plus vrai que l’on sait que les individus, dans leur quotidien, sont loin d’être les premiers responsables de ce réchauffement.

Pour ma part, j’ai passé quelques années à être proactif, presque militant… mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je pense que seule la technologie peut nous sauver vraiment car l’Homme est ce qu’il est et la prise de conscience est loin d’être globale ni suffisante. En même temps, comment veux-tu expliquer à des gens qu’ils faut qu’ils prennent soin de la planète quand eux voudraient déjà simplement avoir accès à un peu d’eau potable et de nourriture ?

Une innovation technologique disruptive est le seul moyen de changer les choses. Les voitures hybrides sont des gadgets avec un impact plus que limité ; aucun chance que cela nous aide dans la durée. Les voitures électriques seront sans doute une solution plus intéressantes, au fur et à mesure que les performances s’améliorent. Une Tesla est encore chère et ne devient rentable sur le plan carbonique qu’après 55K miles. C’est un bon début. La rendre plus abordable donc populaire tout en abaissant son seuil de rentabilité serait une vraie avancée. Mais pour aller plus loin dans cette idée, développer une technologie similaire Open Source serait un pas de géant, et une vraie solution, à l’échelle mondiale. Oui, produire de l’électricité est polluant, mais sans commune mesure avec ce que nous vivons aujourd’hui et des solutions, notamment solaires, existent et commencent à bien faire le job.

Je n’aborde ici que le cas de la voiture, et assez superficiellement, mais je suis persuadé que certains esprits fertiles sur notre planète pourraient trouver des solutions dans tout un tas d’autres domaines, pour peu que nous en fassions – collectivement – des priorités. Il ne s’agit pas de sauver le Monde, car le Monde en question nous survivra d’une manière ou d’une autre. En éternel optimiste, ces images sous l’Eau d’un paysage que je connais si bien me touchent mais n’entament pas cette conviction forte que nous pouvons encore être nous en sortir.

Et s’il fallait une bonne raison de sauver la vie sur la Terre, souvenez-vous, comme je l’ai lu quelque part, que c’est la seule planète de l’univers où il y a du chocolat.

4 réflexions sur “ Un monde sous l’eau ”

  1. Les progrès technologiques sont indexés sur la quantité d’énergie disponible.

    Laquelle va inexorablement baisser.

    BTW, ton link vers le site ne fonctionne pas.

  2. @Marco Depuis quand la créativité et la capacité à innover sont-ils indexés sur la quantité d’énergie disponible ? Je pense au contraire que le manque rend plus créatif. C’est même le principe du bootstrapping.

    Tu es vraiment un ours grognon, Marco.

    PS: Merci pour le lien. Corrigé.

  3. Dans ce qu’on appelle l’innovation, le jus de cervelle n’est que l’étincelle qui met en mouvement des processus de démonstration, validation et application, lesquels consomment beaucoup d’énergie.
    Exemple simple: Mr Higgs a eu son idée (avec des collègues) de boson. La communauté internationale a mis des milliards d’euros pour démontrer la validité de son idée. Et on ne sait pas encore quoi en faire de ce fameux boson.
    Autre exemple simple: la fusion nucléaire. Une vieille idée. Des milliards et des milliards investit pour les démonstrations et ça marche. Sauf que ça consomme plus d’énergie que cela n’en produit. Donc on essaye de faire plus gros (ITER) donc plus cher et sans aucune garantie que le bilan sera positif cette fois.

    Avoir une idée et faire un site web dans la foulée n’est pas de l’innovation contribuant utilement à assurer le futur de l’humanité. Les technologies pour résoudre les problèmes de l’énergie, du climat, de la pollution, de l’eau, de la nourriture, de la diversité du vivant, etc. sont bien plus compliquées et, encore une fois, consomment de plus en plus d’énergie pour être mises en oeuvre. Et tu soulignes à juste titre que l’humanité n’est pas prête à renoncer à son week-end à l’ile de Ré pour investir les 2 pleins d’essence dans la recherche sur les énergies nouvelles.

  4. @Marco Tu vois ? Quand tu veux…

    Je me dis que quelques innovations un peu plus sophistiquées qu’un site Web et un peu moins imposantes que la fusion nucléaire peuvent contribuer véritablement. Un changement de comportements et une relation différente à la consommation aussi, évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.