Pas assez mobile !

Vous avez sans doute vu que l’action Facebook venait de toucher son plus bas historique – même si l’histoire est encore courte – depuis l’IPO, en flirtant avec le plancher des 22$… mais la journée n’est pas finie.

Lors de la Conférence à destination des analystes et des investisseurs, tenue par Mark « Fashion Victim » Zuckerberg et son COO, Sheryl Sandberg, rien n’est vraiment venu rassurer le marché, si ce n’est quelques éléments positifs comme des business cases qui ont bien fonctionné, des chiffres qui montent en passant vite sur ceux qui stagnent ou descendent, un peu d’enthousiasme et de confiance en l’avenir, etc… Facebook a notamment annoncé une perte de 157M$ contre un bénéfice de 240M$ sur la même période en 2011. Et, si ces chiffres s’expliquent par le financement de la croissance et tout un tas d’autres facteurs plus ou moins crédibles, il y en a un, au beau milieu de l’Histoire et de leur stratégie, qui est très inquiétant.

543 millions d’utilisateurs de Facebook se sont connecté au réseau social depuis un mobile, soit 67% de plus qu’en 2011, à périmètre comparable.

C’est une bonne nouvelle me direz-vous. Oui, vous avez raison : pour le marché en général, c’est une bonne nouvelle. Voir son service utilisé depuis un mobile présente l’avantage de multiplier les occasions d’usage, donc la fréquentation, donc à un moment ou un autre, la monétisation. Mais pour Facebook, c’est une mauvaise nouvelle parce que Zuck n’a pas encore trouvé de business model viable sur le mobile. De ce fait, quand tu vois à quel point tes utilisateurs désertent le Web pour aller vers leur téléphone et que tu n’as pas la moindre idée – éprouvée – de la façon dont tu vas leur prendre de l’argent, il y a de quoi un peu paniquer… et c’est ce que fait le marché.

Ne sortez pas vos mouchoir, Facebook dispose d’un potentiel extraordinaire, cela reste à ce jour la meilleure plateforme pour supporter une stratégie de Marketing Digital et l’une des plus rentables pour les entreprises pour peu qu’on sache comment travailler avec. Mais la bascule vers la mobilité est un défi immense, d’autant plus stratégique que les réservoirs de croissance se trouvent à présent dans les pays en voie de développement – le nombre d’utilisateur stagne déjà en Amérique du Nord et ne dispose plus vraiment d’un gros potentiel d’acquisition sur l’Europe… et on sait que ces pays sont plus tournés vers le mobile, principalement pour des questions économiques.

Alors Mark et Sheryl, qui en sont évidemment pleinement conscients, ont bien fait quelques appels rassurants du style « On essaye des trucs pour porter la pub sur le mobile et c’est très encourageant » mais on sent bien qu’ils n’ont pas encore trouvé le chemin qui pourra transformer cette difficulté en opportunité, au moins en attendant qu’ils sortent leur propre téléphone que l’on imagine taillé sur mesure, vraisemblablement courant 2013 et avec HTC, même si Zuck s’est justement empressé de démentir cette « rumeur » lors de la conférence en question.

Au-delà de Facebook, cette note est plus une réflexion autour de la mobilité. Quelques réseaux sociaux ou assimilables, comme Path ou Instagram pour citer les plus connus, ne sont aujourd’hui quasiment QUE mobiles. Leur croissance est soutenue et la valeur qu’ils délivrent à leur utilisateur est indéniable. D’autres services, comme l’excellent Tripit, n’auraient aucun sens sans l’application iPhone ou Android qui va avec. Trulia est fantastique pour chercher un appartement ou une maison à vendre… alors que le site présente un intérêt limité qui met la startup en concurrence directe avec des milliers d’autres confrères. Uber est l’exemple même d’un service qui ne peut qu’être mobile. Et j’en ai encore des dizaines qui pourraient largement démontrer qu’il n’y aura plus de pure player sans stratégie mobile majeure intégrée au business model.

Du coup, cela veut dire que si vous avez la responsabilité d’une entreprise, une marque ou un produit, je pense que vous devriez profiter du temps qu’il vous reste à bronzer sur la plage – après avoir évidemment publié une photo de vos pieds sur Instagram – pour réfléchir à la façon dont vous allez mettre, en plus d’un regain d’agressivité, de la mobilité dans votre jeu. Ce n’est pas parce que c’est hype, parce que cela va vous permettre de faire un communiqué de presse ou parce que vous allez marquer des points auprès de votre boss, c’est parce que c’est vital, littéralement une question de survie.

Et tant qu’on en est à parler de devenir mobile, cela ne signifie pas prendre ce que l’on fait sur le Web pour le transposer dans une Application iPhone ou Android, cela signifie repenser son business avec les bénéfices qu’apporte l’utilisation de vos produits ou de vos services en situation de déplacement, pendant les attentes chez le dentiste ou quand vos clients sont assis sur leurs toilettes (ce n’est pas sale, c’est statistique !).

Pour en revenir à Facebook, j’espère qu’ils vont réussir à monétiser le mobile d’une manière ou d’une autre et que tout rentrera alors dans l’ordre, y compris le cours de bourse. Digidust, comme ses confrères, travaille beaucoup autour et avec Facebook et nos clients en ont besoin dans leurs stratégies digitales et pour adresser leurs communautés. Souhaitons donc leur beaucoup d’inspiration et de courage pour aborder le tournant de la mobilité, sans doute le plus décisif de son histoire depuis que Mark a décidé qu’il allait mettre les filles de l’université sur un site Web pour que nous votions sur leur sexitude…

Message plus personnel : Tant qu’à évoquer Facebook, je viens de transformer mon compte personnel en Page. Ce n’est pas parce que mon égo a explosé et que je me prend pour une star, c’est simplement parce que cela me donne un canal de communication et d’échange qui rapproche Facebook de ce que serait un blog ultra-social, ce qui correspond mieux à mes attentes. Vous pouvez retrouver cette page ici. J’ai aussi créé un compte personnel car je suis administrateur d’une 20aine de pages et je dois pouvoir continuer à travailler dessus, mais je n’y accepte aucun « ami » – pas même mes vraiment vrais amis de la vrai vie – si ce n’est les membres de l’équipe de Digidust, Labotec, Stonfield ou APICube avec qui je dois collaborer au quotidien. Ne soyez pas vexé si je ne donne pas suite à vos demandes de connexion, la raison en est simplement technique, il n’y a rien de personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.