Une source de croissance inépuisable

Je me sens d’humeur militante en ce moment et cette note va sentir bon la guimauve, l’utopisme, la candeur et les télétubbies. Vous êtes donc prévenus, ne venez pas râler si vous perdez 10 minutes à la lire !

Il y a des jours, où que tu tournes ton regard, tu ne vois que dépression, inquiétude et résignation. La crise économique, l’incertitude sur notre géopolitique, la peur de voir l’Euro emporter le Dollar dans les limbes d’un système financier à la dérive… et j’en passe mais comme vous avez tous la TV, je n’ai pas besoin de vous faire la liste.

Et puis tout à coup, tu regardes ailleurs et tombe sur une courbe qui monte, de plus en plus haut et de plus en plus vite. Il y a des pétaoctets, une unité pour mesurer cette croissance, une unité qui t’est familière sans vraiment que tu la maitrises et surtout, il te saute aux yeux que toute cette énergie, cette puissance, cette abondance de 0 et de 1 renouvelables est sans aucun doute l’une des solutions les plus naturelles pour « fabriquer » un monde peut-être pas meilleur mais au moins plus respectueux et durable.

L’industrie du numérique est transverse. Elle entre partout, à trop grande vitesse pour que nous en mesurions précisément les conséquences. Elle amène son lot de rationalité, ses quelques erreurs de jeunesse qu’il convient de vite corriger et surtout, ses gisements de productivité au sens financier mais aussi écologiconomique du terme (désolé, je viens d’inventer celui-ci ne sachant pas comment marier meilleur usage de nos ressources et développement durable dans un même terme).

L’analyse des océans de données permettent aux CMO de mieux comprendre leur marché mais aussi le monde et donc de mieux l’adresser. Ils commencent timidement à collaborer avec les CIO car c’est bien de leur couple que viendra un usage intelligent de ces informations pour les entreprises, pour les marques et les produits… et au final, pour nous.

L’Innovation permet de faire les mêmes choses dans de nombreuses industries, mais plus vite et avec une empreinte Carbone – et plus largement écologique – plus faible… L’idée n’est pas pousser ainsi à un accroissement de la consommation mais d’apporter encore des gisement de création de valeur dans des secteurs qui doivent faire leur révolution, comme l’énergie, le bâtiment ou le transport.

Au-delà de ces thèmes, plus d’accès à l’information, c’est plus d’éducation, plus de transparence à tous les sens du terme, plus d’échanges et de communication entre les Hommes. Cela permet de révéler davantage de talents parfois issus d’univers improbables, de les laisser voir les amener à s’épanouir et de les voir à leur tour créer de la valeur pour l’écosystème qui les entoure.

Effet de bord qui n’en est pas vraiment un, cette débauche de communication vient percuter de plein fouet le communautarisme sous toutes ses formes et donc lutter aussi contre l’insécurité terroriste, les intégrismes de tous bords qui se nourrissent d’ignorance et de peur, les régimes politiques qui s’accrochent à un ancien monde par la corruption qui leur assure l’adhésion des forces militaires ou miliciennes de leurs pays alors que le peuple qu’ils sont censés guider se meurt, juste parce qu’il ne sait pas que d’autres chemins sont possibles…

Et je pourrais encore trouver des exemples pendant des heures, dans l’Agriculture, la Médecine ou la compréhension de l’Univers, chacun aussi positif et révolutionnaire que ceux que j’ai déjà cités.

Je sais que je suis un utopiste et c’est finalement un mode de vie assez sain. C’est ce genre d’idées candides qui fait que je ne baisse jamais les bras, que je ne crois pas, pour paraphraser Mark Twain, que ce qui est impossible ne peut être fait pour peu qu’on essaye sans craindre l’échec. Je crois, très sincèrement, que seule la technologie peut à présent améliorer le monde suffisamment pour ne pas le voir s’effondrer.

Nous avons tout, à portée de clavier, de créativité et de détermination, pour y arriver. Notre salut ne viendra pas d’un quelconque gouvernement, d’une réforme politique ou même d’une guerre. Il viendra d’une prise de conscience globale, par les individus, que le monde est différent et que c’est à nous de nous y adapter. Gardons l’Internet neutre et sûr, favorisons la libre expression de tous, entreprenons sur ces bases, partageons ce que nous savons et permettons à ceux qui n’y ont pas accès d’enfin trouver une connexion, vitale comme de l’eau.

La masse d’informations qui existe n’a jamais été aussi importante et toute l’intelligence dont nous avons besoin est déjà, disséminée en vrac. A nous de mieux l’utiliser, la trier, l’exploiter pour en tirer les solutions qui nous aideront à faire avancer l’Humanité vers l’âge adulte, celui de la maturité après ces quelques milliers d’années de crise d’adolescence qui n’a que trop durée.

Voilà, il en faut peu en fait. Je vais retourner travailler pour apporter ma toute petite pierre à cet immense édifice, tout remonté que je suis par mes propres idées et ces quelques mots. Et vous, vous allez faire quoi pour contribuer à rendre ce monde meilleur ?

3 réflexions sur “ Une source de croissance inépuisable ”

  1. C’est justement dans le tri de cette abondance que réside la valeur, mélangeant qualité (la créativité humaine) et quantité (des volumes tels que les bénéfices statistiques jouent à plein). Sans ce couple, l’intérêt est moindre.

    Avant, nous n’avions « que » la qualité. La quantité vient ajouter une nouvelle dimension extraordinaire !

  2. @JCFrog @ @JeffRenault Merci messieurs ! Content de vous savoir autant en ligne, dans tous les sens du terme !

    @DavidLatapie Merci pour les liens et pour m’avoir fait découvrir que j’avais la même ligne de vie que Voltaire. Dommage qu’il l’ai manifestement dit avant moi, j’aurais pu briller pendant quelques siècles ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.