Respiration artificielle

Après un long run de 11 mois – si je ne compte pas les 4 jours de vacances dans les Keys cet été – je crois avoir besoin d’un peu de repos. Il s’est passé tellement de choses en 2012, des belles et des très difficiles, sur le plan personnel comme professionnel, qu’il est temps de reprendre son souffle…

Je ne vais pas vous parler de ma famille mais sachez que je suis béni sur ce plan là. Pas la peine d’entrer dans les détails…

Coté business donc @Digidust, @Apicube, @Labotec, @Stonfield, @Hellotipi : Chacun de ces projets m’a passionné et a drainé un peu de mon énergie et de ma créativité… me laissant dans un même temps entrevoir une fantastique année 2013. La crise est enfin terminée. Notre écosystème est et sera ainsi, c’est structurel, pas conjoncturel. Il n’y a rien à attendre, ne surtout pas faire le dos rond ou l’autruche mais plutôt investir sur l’avenir, avancer, grandir. Je crois que nous devons faire avec le monde économique qui nous entoure, lui apporter ce que nous pouvons et en retirer ce qu’il nous accorde, avec gratitude. Et il me tarde déjà de m’y coller dès la rentrée de Janvier !

Plus largement, quand David Abiker en vient à trouver notre pays détestable, je partage globalement son avis. Et quand Florence Porcel vient défendre un point de vue contraire, je suis également d’accord avec elle. Soit je suis très fatigué ce qui est possible, soit nous cherchons une vérité qui n’existe pas en attendant de pouvoir suivre un leader sauveur qui ne se lève toujours pas. Nous ferions mieux de façonner une réalité qui soit à la hauteur de nos attentes exigences, au lieu de pleurer sur celle que nous subissons, comme je le fais parfois, par mauvais réflexe ou lassitude. Philippe a raison, nous avons sans doute perdu ce qui fait de nous ce que nous sommes, à l’échelle d’un peuple, d’un pays, d’un village, d’une entreprise et parfois même d’une famille.

Et je vais donc commencer par ce qui est le plus important, la base sur laquelle tout peut se construire, les fondations indispensables à une belle histoire quelle qu’elle soit : Ma famille… et moi.

White Break

Comme chaque année, voici venu le temps du White Break. Je pars avec ma tribu dans les Alpes, pour fêter Noël sous la neige. Il me tarde déjà de voir les enfants au pied du sapin, la neige tombant par la fenêtre dans une pièce à la chaleur douce d’un feu de cheminée qui illuminerait le tout de reflets oranges. Cette vision est sans doute très romantique et idéale, mais on va essayer d’au moins s’en approcher le plus possible. Ce sera aussi l’occasion pour Stéphanie – elle le mérite vraiment – et moi, de nous reposer pour revenir ensuite en pleine forme aux affaires.

Je vous souhaite de passer de merveilleuses fêtes de fin d’année, entourés de ceux que vous aimez et de profiter de ces moments tellement rares donc tellement chers.

Aux équipes avec lesquelles je travaille au quotidien, je vous souhaite de bien vous reposer et vous détendre car, si je reviens ressourcé, les batteries pleines et sous stéroïdes, vous savez déjà ce qui vous attend également 😉

PS : J’en profite au passage pour vous dire que je ne sais plus vraiment quoi faire de ce blog, dans le sens où j’ai peu de temps pour écrire. Je ne veux pas l’arrêter car j’aime vous parler sans – pour la majorité – vous connaitre. Il est probable que les notes deviennent moins longues, plus futiles, comme je le fais en Anglais sur Google+. J’espère que vous ne m’en voudrez pas…

Une réflexion sur “ Respiration artificielle ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.