Le temps des Hackers

Il y a quelques temps, je publiais cet article sur Medium où je revenais sur l’un des plus grands regrets de ma vie à savoir, le fait de ne pas pouvoir coder. Ces dernières années, le pouvoir a changé de main. Il est passé des « épiciers » vers les « barbus », c’est à dire des businessmen vers les codeurs.

Je ne vais pas faire plus long parce que Julien Cordorniou, un amoureux des startups que je n’ai malheureusement plus recroisé depuis trop longtemps, a résumé à la perfection ce que je pense dans cette excellente intervention chez 42. Cela dure une heure environ et, si vous vous demandez quoi faire de votre vie ou si vous êtes inquiets pour l’avenir de vos enfants, ce sera une heure terriblement bien investie.

@Codorniou Si tu passes par là… J’ai en mémoire une conversation que nous avons eu, il y a 3 ou 4 ans. On évoquait l’idée de monter un studio de développement, sur le bord de la Méditerranée, où les codeurs et designers seraient dans des conditions idéales pour exprimer le meilleur d’eux-mêmes et laisser parler la magie. Je ne suis pas sûr que tu te souviennes de cette conversation, mais elle m’avait marqué… et, après tout ce temps, je viens enfin de commencer à le faire, à coté de la Méditerranée, presque comme nous l’avions imaginée.

PS : J’ai failli mettre « Codeurs ! Codeurs ! Codeurs ! » comme titre de ce post en référence à une tirade de l’incroyable Steve Ballmer, mais je me suis dit que la ficelle était trop grosse. N’empêche que j’y ai pensé… 😉

10 réflexions sur “ Le temps des Hackers ”

  1. ‘un studio de développement, sur le bord de la Méditerranée, où les codeurs et designers seraient dans des conditions idéales’ => OK, j’en suis !!!! Faut signer où ????
    ;D

  2. Je ne serai pas aussi catégorique en disant que le pouvoir a changé de main. Pour réussir, il faut souvent (tout le temps ?) un travail d’équipe. On ne peut exceller partout et le dialogue permet d’accélérer le développement et la plupart du temps de l’améliorer.

    Je pense que le travail du développeur, comme celui du maçon ou du charpentier pour une maison, ou du boucher pour un restaurant 3*, est plus mis en avant et en valeur à notre époque. Et c’est tant mieux ! 🙂

    Bon week end à tous !

  3. Ca fait un bon moment que je lis des articles sur le « retour » du pouvoir aux développeurs, le futur pour les dév’, etc. Mais j’avoue que je ne suis pas convaincu.
    Autant je comprends l’intérêt pour tout le monde d’avoir des notions et de comprendre un peu de quoi on parle, comme il est bon d’avoir une idée du fonctionnement du moteur de sa bagnole, et de plein d’autres choses.
    Mais ce que je ressens avec tout le monde (en dehors du monde tech/Internet etc.), c’est qu’ils s’en foutent. La majorité des gens que je croise voient tout ça comme un mal nécessaire, ils le subissent, et n’ont pas envie d’en savoir plus. Souvent même ça les emmerde profondément.
    Quand ils ne voient pas ça comme de la science fiction. Combien de fois j’ai entendu le « Ha vous êtes dans l’informatique ? C’est l’avenir ». Et ceux-là ne comprennent pas quand on leur dit que ça fait longtemps que c’est le présent.

    Je sens es concitoyens très loin de ça. Je ne dis pas qu’ils ne doivent pas savoir; je pense que ça pourrait les aider. Mais de là à prédire une inversion du pouvoir…

    PS: je mets de côté. Je regarderai la vidéo plus tard.

  4. C’est vrai que je m’affole un peu.
    Beaucoup parle de coder pour tout le monde. Toi tu parles de changement au sein des acteurs du business.
    OK, j’ai peut-être dégainé un peu vite…

  5. Tu sembles mélanger pouvoir et savoir. Tu peux coder, comme n’importe quel humain qui sait lire et écrire. Seulement tu ne sais pas.
    La bonne nouvelle c’est qu’il n’y a pas de malédiction dans tout ça il suffit d’apprendre 🙂

  6. @Xavier Difficile d’apprendre sans pouvoir prendre le temps de s’y consacrer vraiment. De plus, il faut du temps pour devenir un bon codeur si tu n’es pas doué de base pour la discipline et j’ai peur de ne pas avoir la patience de passer le cap de la médiocrité, étant entouré chez Digidust, Apicube ou Labotec de gars vraiment talentueux.

    Mais merci d’avoir essayé de me remonter le moral 🙂

  7. As-tu vraiment essayé?

    Je me pose beaucoup de question sur l’opportunité de créer un business (même à temps partiel, quand on a des crédits sur le dos et des enfants à charge, pas facile de se lâcher des deux mains …). Et parce que ça semble un sujet à la mode (sans vouloir te vexer) , je me suis demandé si un développeur serait pour moi une ressource critique.

    Pour situer le contexte, je suis bien ingénieur informaticien (peut-être un peu barbu vu de ta fenêtre) mais un ingénieur de production. Celui qui voit le développeur comme l’autre, celui qui fait tout pour que nos beaux serveurs se plantent 😉 de la vieille école aussi, celle des langages procéduraux.
    Alors j’ai décidé d’écrire une petite application qui aurait le mérite de voir si j’avais compris comment résoudre un arbre de décision et de le faire en langage objet (Java car hyper répandu et JavaFX pour voir).

    Retour d’expérience: apprendre à coder m’a paru vraiment facile. On trouve facilement des ressources sur le web. Des MOOC pour se lancer (openclassroom par exemple) et des forums pour répondre à la moindre question (stackoverflow pour ne citer que celui-là). Certes, ça prend du temps, j’y ai passé quelques soirées (bien oui, j’ai un vrai métier à côté) mais ça n’a rien d’insurmontable. Je rejoins donc le camp de ceux qui disent qu’il suffit de s’y mettre et que le développeur est bien le maçon des temps modernes (ne te méprends pas sur mes propos, maçon comme développeur c’est un vrai métier; mais ça ne me semble pas être LA ressource critique pour casser la baraque 😉 ).

    Peut-être que dans les Digidust et autres Apicube que tu cites, tu fréquentes plus les architectes que les maçons (ou alors que dans ce type de structure, les architectes manient aussi la truelle).

  8. @philippe: je ne partage pas ce point de vue, et généralement le point de vue qui fait penser que créer une application avec l’architecture nécessaire à une super expérience utilisateur est donné à tout le monde.

    Créer une application est une chose. Mais à l’heure actuelle, l’expérience utilisateur est prédominante pour le succès d’un service ou une application. Et il n’est pas si simple d’avoir une application qui par exemple propose un service super fluide, sans rechargement de page, qui garde les bonnes infos au bon endroit pour que l’expérience utilisateur soit géniale.

    Pour avoir développé une appli tout seul, qui fonctionnait, avait des users, mais avait bcp de défaut dont une architecture difficile à maintenir, et travailler avec un développeur talentueux qui va vite et fait les choses bien, c’est simplement un autre monde. Je vais voir mes prospects et discute av les users av bcp plus de confiance ds le produit.

    C’est comme faire un meuble soi même et le laisser faire à un menuisier.

  9. @Bastien tu parles de designer, d’élaborer une architecture d’exécution, … plus juste de coder. C’est exactement ce que je voulais dire.

    En terme d’architecture d’exécution, en tant qu’ingénieur de production, je possède une certaine expérience de ce qu’il ne faut pas faire 😉 ce qui me donne peut-être la fausse idée qu’il est simple de bien faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.