Community Manager Reloaded

Cette note sera courte. Je voudrais simplement poser ici en quelques lignes la synthèse de 2 de mes conversations de la journée.

J’aime évidemment beaucoup l’équipe de Digidust, au sein de laquelle nous avons essayé de recruter des profils aussi différents que possible, pour apporter de la richesse à nos réflexions. Dans l’équipe Social Media, il y a 1 personne dont je voudrais vous parler, sans la nommer, juste pour évoquer leur profil.

Il est celui que je considère comme l’un des tous meilleurs Community Manager en France. Ce que j’aime chez lui est qu’il maitrise évidemment tous les services (Facebook, Twitter and Co…) ou outils de création de contenu ou de mesure, nécessaires à ses missions. C’est fondamental pour un CM, mais il y en a des milliers capables de faire ça.

Autre chose le rend unique à mes yeux : il connait mieux que quiconque… les Humains.

Funny

C’est un peu con à dire, mais les communautés, avant d’être des ID et des Users ou des comptes sur des servers, sont des humains. Elles ont donc des émotions collectives, des sentiments collectifs, des engagements collectifs, etc… et notre rôle est souvent de créer puis gérer ces émotions, sentiments, engagements… Le marketing, qui est surtout affaire de Story Telling, fonctionne bien mieux quand on sait comment raconter l’histoire en fonction des personnes à qui l’on parle et en anticipant leurs réactions et surtout, nos réponses à leurs réactions. Pour cela, il faut les connaitre, les aimer, les écouter et les comprendre. Comme pour des enfants, il faut parfois également décrypter ce qu’elles attendent sans l’exprimer vraiment ou directement.

Je pense vraiment que demain, les meilleurs CM, seront le combo improbable de Data Scientists et de Psychologues, verticalisés par industrie, capables de regarder, mesurer et analyser les Humains puis de déterminer les thèmes qui vont leur parler le mieux, vers quels récepteurs envoyer les messages et sous quelle forme d’engagement avant de mesurer les résultats du tout et de progresser par itérations.

J’ai conscience de décrire un mouton à 5 pattes, mais c’est le lot de tous les métiers qui s’inventent en marchant : les meilleurs seront ces profils exceptionnels – comme celui que je décrivais en début de note – et vont constituer moins de 5% de l’offre sur le marché. Cela ne veut pas dire que les 95% restant seront mauvais, juste qu’ils ne seront pas les meilleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.