L’avenir du Bitcoin après MtGox

Disclaimer : Je ne suis pas un expert du Bitcoin, juste quelqu’un qui s’y intéresse de très près depuis que « ça a du sens » car le Bitcoin est sans aucun doute le plus gros gisement qui soit, en matière d’innovation financière et économique. Toutefois, je vous engage à lire ces lignes – bien évidemment – mais à ne pas prendre de décision stupide uniquement sur mon avis.

Si une banque avait été attaqué et que le montant du butin avoisine les $473M, cela ferait la Une des journaux du monde entier. C’est exactement ce qu’il vient de se passer, et vous en avez à peine entendu parler. MtGox était un peu plus qu’une « banque à Bitcoin » et le gestionnaire de votre porte-monnaie, c’était aussi surtout une place de marché où il était possible d’acheter et de vendre des Bitcoins. Elle était respectable parce que sur la place depuis longtemps c’est à dire depuis 2009. Si on ramène l’échelle de temps du Bitcoin à celle du Dollar, c’est comme si elle avait été crée aux alentours du XVIème siècle.

Pourquoi fais-je ce parallèle temporel stupide ? Tout simplement pour essayer de mettre en perspective ce qu’il s’est passé. Imaginez le fonctionnement des banques entre les années 1700 et 1900. On était dans le bricolage, le rudimentaire…

et-pour-quelques-dollars-de-plus-1965-26-g

Imaginez que, un beau matin de Février 1820, dans un état de la Cote Ouest des Etats-Unis, un homme armé fasse irruption dans une banque indépendante et dérobe tout ce qu’il y trouve, laissant le banquier ruiné et ses clients dépourvus des économies qu’ils y avaient placé.

En ce temps là, il n’existait pas de système de garantie des fonds déposés comme c’est le cas aujourd’hui. Le gouvernement ne se portait pas caution en cas de faillite de la banque. L’argent était perdu, voilà tout… et le banquier le plus souvent, plongé dans du goudron et des plumes sur la place publique.

MtGox est une sorte de banque de ce nouveau Far West. Elle a été attaqué par des Hommes armés de servers et de scripts, et tout l’argent qui s’y trouvait a été dérobé. Le montant du butin est astronomique, et j’imagine que les médias ne s’en font pas plus l’écho parce qu’ils considèrent le Bitcoin comme une monnaie de Monopoly, mais de vrais gens de la vraie vie se sont fait voler de vrais dollars de la vraie vie… 473 millions de petits billets verts avec marqué dessus « In God We Trust ». L’entrepreneur presque banquier est lynché sur la place publique Internet. Il n’a pas de recours et personne ne crois pas à l’hypothèse de l’arrivée d’un investisseur surprise. Qui viendrait débourser $473M qui iraient uniquement rembourser des petits épargnants clients pour récupérer ainsi le capital d’une société dont le nom va devenir à jamais le symbole du plus gros fiasco de l’ère des monnaies numériques ? Ces bruits sont de simples rumeurs auxquelles se raccrochent ceux qui y ont laissé des plumes… plumes auxquelles le banquier aimerait bien échapper en sus du goudron. Ce matin, à Tokyo, Mark Karpeles, le fondateur de MtGox, a « déposé le bilan » ou du moins la procédure équivalente au Japon.

Ceci étant dit, les nombreuses banques peu sérieuses et les multiples vols d’argent de ce bon vieux Far West n’ont pas empêché le dollar de perdurer. Dans le cas de MtGox, c’est plus de l’incompétence et une ambition démesurée sans en avoir les moyens qui ont conduit à ce fiasco. Les autres acteurs de référence avaient d’ailleurs alerté MtGox de ses failles et se sont immédiatement désolidarisés de cette affaire, d’une seule et même voix. Au passage, il est intéressant de noter que MtGox est l’un des rares opérateurs à ne pas être « backé » par un fond d’investissement digne de ce nom.

Le cours du Bitcoin, qui s’est effondré rapidement dans une forme de panique modérée lorsque cette affaire est sortie, s’est déjà reprit et se rapproche, à peine quelque jours après la crise, de sa valeur d’origine. Il n’y est pas encore revenu mais on sait que ce cours est d’une très grande volatilité. De même, la capitalisation globale du Bitcoin n’a pas changé. Les Bitcoins détenus par MtGox, qui représentent en gros 6% de l’ensemble des Bitcoins en circulation, n’ont pas disparu. Ils ont simplement été volés et existent toujours, quelque part. Enfin, SecondMarket a annoncé travailler à la mise en place d’une bourse d’échanges régulée, pour apporter davantage de légitimité à cette jeune monnaie et rassurer l’écosystème.

Il est intéressant de voir arriver des entités bien établies sur ce marché après que les pionniers aient essuyé, avec plus ou moins de réussite, les plâtres. Je crois toujours autant en l’avenir du Bitcoin, et si ce n’est pas le sien, ce sera celui d’une monnaie/réseau numérique similaire car le potentiel d’innovation, notamment autour de la vente de micro-services virtuels, est infini. Des échanges de devise à un coût négligeable, instantanés, sans considération géographique ni possibilité de rétractation… Tout cela va dans le sens d’une économie plus fluide et performante, plus libre et égalitaire aussi.

On cherche tous « The Next Big Thing ». Je ne me permettrais pas de conseil sur ce genre de sujets. C’est trop tôt et je n’ai pas le niveau d’expertise nécessaire (j’en connais d’ailleurs peu qui l’ont vraiment). Mais je vais continuer à travailler dessus, expérimenter, essayer de comprendre, investir du temps et quelques ressources car c’est… important, et pour moi, c’est sans doute, le coup suivant.

PS 🙂 : Je sais, vous avez adoré ce post et brûlez d’envie de me faire un don de quelques centimes pour saluer cette contribution incommensurable à la littérature économique, mais vous ne le pouvez pas parce que cela couterait trop cher en frais. Pas de soucis, vous pouvez m’envoyer des Satoshis grace à ce QR Code. Oh p’tain ! On a enfin trouvé un truc à faire avec les QR Codes !

chart

6 réflexions sur “ L’avenir du Bitcoin après MtGox ”

  1. Point de vue intéréssant que je partage. L’affaire de MtGox, c’est un peu comme l’affaire de la vache folle en France. Cela permet d’améliorer la sécurité des consommateurs.

  2. Article intéressant sur les « garanties » et autres « soutiens » de MtGox qu’il n’est manifestement pas la peine d’attendre.
    Par contre juste une petit remarque su l’analogie en introduction, on a surtout l’impression que MtGox était resté à un niveau de sécurité obsolète. C’est parce que ça a été créé en 2009 que cela justifie de rester à la traîne et de l’évolution.
    Wells Fargo existe toujours et ils n’utilisent plus des diligences pour les transports de fonds 😉
    Ils ont juste eu plus de temps pour mener à bien leur évolution.

  3. @lhryll Tout à fait. Mon analogie avec la Wells Fargo était sur la « respectabilité » et l’antériorité, pas sur l’évolution qui elle concernait plutôt le marché. Désolé si mon propos n’était pas clair…

  4. Bonjour,

    Je m’intéresse peu au BitCoin mais je lis quand même les articles qui relatent un peu les évts actuels. Ce qui me navre dans tout ça, c’est qu’encore une fois, tout n’est tourné que vers la spéculation sur une monnaie. On fait de grands discours sur le bitcoin, comme alternative aux systèmes bancaires opaques, mais au final, j’ai (c’est mon impression, peut etre fausse) le sentiment que cette monnaie sert aux mêmes desseins que les autres. Gagner de l’argent, toujours plus d’argent, l’argent pour l’argent, sans créer aucune autre « valeur ».

    Même si elle sert de monnaie d’échange sur le web, la majorité des articles ou des gens qui m’en parlent me disent que c’est un plan (mais risqué) pour spéculer et essayer de gagner plein d’argent en peu de temps. Il me semblait que ce n’était pas le but d’une monnaie.

    Je trouve assez déprimant que l’alternative à l’hégémonie bancaire prenne cette route. Mais peut être que je suis à coté de la plaque. Je l’espère d’ailleurs.

  5. @Bastien Parler d’argent quand on évoque le Bitcoin ne me choque pas vu que c’est, entre autres… une monnaie. On parle de spéculation autour du Bitcoin par manque de stabilité de son cours de part sa maturité. Cela se tassera naturellement avec le temps.

  6. Il y a quelque chose qui me gène à la base du raisonnement: « En ce temps là, il n’existait pas de système de garantie des fonds déposés comme c’est le cas aujourd’hui. Le gouvernement ne se portait pas caution en cas de faillite de la banque. L’argent était perdu, voilà tout… »
    Les gouvernements ne se portent pas caution des banques. Les banques centrales soutiennent leur monnaie, oui, pas les banques commerciales. Rien n’empêche les banques commerciales de faire faillite. Et c’est arrivé pour certaines lors de la crise financière.
    Alors oui, lors de cette même crise, les gouvernements sont venus au secours de certaines banques, dites systémiques, pour éviter que dans leur chute elles n’entraînent tout le système bancaire, donc l’économie mondiale. Ce n’est pas pour autant qu’ils se portaient caution. Lehmann Bros a été lâché pour l’exemple puisque c’est en grande partie le raisonnement « on est trop gros, on ne nous laissera pas couler » qui a poussé certaines banques à prendre des risques démesurés.
    Pour autant, en Europe, les gouvernements ne font pas rien. Les normes bancaires réglementent par exemple le taux de fond propre des banques (voir Bâle III). Suite à la crise, L’UEM a instauré le MRU, Mesure de Résolution Unique, afin de contrôler, et d’intervenir si besoin, les banques systémiques des états membres et ainsi prévenir un sauvetage des banques par l’argent public. Nos plus grosses banques subissent en ce moment des stress tests, à voir.
    Nous sommes au XXIème siècle et les banques traditionnelles, pourtant centenaires comme tu le soulignes, ont vécu un événement sans précédent, prouvant au passage que le marché financier ne peut survivre sans réglementation et provoquant au passage une crise de confiance dont l’économie peine à se remettre. Or, qu’est-ce que la monnaie si ce n’est de la confiance?

    Le débat n’est pas sur la question d’une monnaie virtuelle. La très grande majorité des transactions étant déjà électronique notre monnaie l’est déjà. M’interrogeant sur le Bitcoin, j’ai donc lu quelques débats sur la crypto-monnaie. Rien qui fasse de moi un expert, je ne m’étendrais donc pas sur la technique. Par contre, j’ai été touché par la ferveur de ceux qui travaillent à la promotion et à la construction du système. Vraiment. C’est loin des rapports de la BCE (que je ne lis pas, rassurez-vous).
    Malheureusement, je n’ai pu n’empêcher d’être inquiet aussi de leur naïveté et de leur confiance quasi aveugle. La réponse est trop souvent « tout est prévu, le système va s’en charger, s’autoréguler », voir « on le savait » pour MtGox. Il n’y a pas de système parfait, surtout à base de lignes de code, je suis payé pour le savoir.

    Alors voilà, un argent sans état, peut-être mais … Qu’en sera-t-il du Bitcoin dés qu’il sera attaqué par les marchés financiers. Qui viendra le défendre?
    L’état n’est pas qu’un grand méchant ogre. Dans une grande partie du monde, sa face démocratique du moins, l’état c’est toi, c’est moi, c’est nous. C’est notre argent, c’est notre monnaie.

    My two cents 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.