Jack Dorsey Patron de Twitter

10 changements qui rendraient Twitter presque parfait

Le week-end dernier, le hashtag #RIPTwitter est apparu dans les Trending Topics mondiaux, suite à l’annonce – non officielle – que Twitter allait filtrer nos timelines au lieu de nous fournir les tweets des gens que nous suivons dans l’ordre habituel, c’est à dire ante-chronologique. Beaucoup s’en sont offusqués, au point d’annoncer la mort de Twitter dans cet acte délibéré de Facebookisation de la plateforme.

Twitter ne va pas mourir et je pense même que cet algorithme est une excellente évolution pour lui, à moins qu’une meilleure alternative n’apparaisse (voir un peu plus loin). Aujourd’hui, Twitter bute sur un plateau et si vous êtes un power user, vous le ressentez également. Beaucoup trop de bruit, pas assez de contenu de qualité, des formats très disparates. Une timeline filtrée va nous permettre de ne plus manquer ce qui pouvait être important, ce contenu que nous ratons presque systématiquement pour l’instant car il est noyé dans la masse. On peut penser que filtrer ce que vous voyez va permettre à de nouveaux utilisateurs de mieux comprendre à quoi sert Twitter, et de les transformer en utilisateurs fidèles. Facebook l’a fait avec le succès que l’on sait, et si vous faites parti des râleurs, c’est probablement que vous n’êtes pas un civil qui lui, s’en contrefiche (60% des utilisateurs de Facebook ne savent même pas que leur feed est filtré).

Est-ce que je suis heureux donc qu’un algorithme vienne me dire ce que je peux voir ou rater sur Twitter ? Non, évidemment mais pour d’autres raisons. D’abord, je suis Français et je n’aime pas qu’on me dise ce que je dois faire, même si c’est très censé ou bien pour moi. Arrêtez de sourire, vous êtes pareil. Ensuite, je ne veux pas qu’on voit le monde – et Twitter est vraiment une fenêtre ouverte sur le monde – d’une façon altérée par un algorithme. Si cet algorithme pense, parce que celui qui l’a programmé pense, que des personnes du même sexe ne peuvent pas être amoureux, il va supprimer de ma vue la photo de deux homosexuels qui se tiennent la main, au point que je pourrais finir par croire que ça n’existe pas ou que c’est mal. Je caricature mais essayez de vous projeter 2 générations plus loin… Si vous ne saviez du monde que ce que vous lisez dans Libération (fonctionne également avec le Figaro), je pense que vous seriez un peu biaisé (pas de faute de frappe, j’ai vérifié). Libération, c’est l’algorithme qui choisi ce que vous devez savoir et le retraite pour vous l’expliquer à sa manière. Euuuh… non merci.

Twitter est une société cotée et privée. Son CEO, @Jack, se doit d’en faire une machine de guerre commerciale, et cela passe sans doute par cet algorithme, par la suppression de la limite des 140 caractères, les changements liés à l’utilisation d’un point devant .@Nom ou de la visibilité des @reply et quelques autres évolutions inspirées de Facebook. Que cela vous plaise ou pas, Twitter va changer.

Dead pool Twitter

Du coup, il y a quelques temps, j’ai publié en 10 évolutions ce que je ferais pour que Twitter soit enfin parfait, au moins pour moi. Je vais reprendre ici les grandes lignes de cet article, pour que ceux qui ne parlent pas Anglais puissent me dire où j’ai tort. Evidemment, c’est facile, à postériori, de dire ce qu’il fallait faire donc l’idée n’est pas de critiquer @Jack, mais d’imaginer ce Twitter ultime que j’ai appelé TwitterOS pour Twitter On Steroids, mais aussi parce que Twitter est à mon sens un « social Operating System ».

1. Tous les comptes TwitterOS sont des comptes vérifiés. Ce faisant, cela rend responsable chacun d’entre nous de ce qu’il publie. Oui, je pense que l’anonymat – et le pseudonymat – apportent plus de problèmes que de solutions. Vous vous souvenez le massacre social qu’ont été les Apps Mobiles anonymes où l’on pouvait publier tout et n’importe quoi sans la moindre crainte d’être tenu pour responsable de ses propos ? On m’a plusieurs fois rétorqué que certaines personnes ne peuvent pas s’exprimer librement dans certains pays et que les whistle blowers sont indispensables au monde libre. Je suis d’accord et il est facile de mettre en place des dispositifs permettant d’alerter de façon sécurisée (native, c’est à dire que la sécurisation est le standard par défaut) une organisation à but non lucratif dont le rôle serait de diffuser ce type d’informations d’utilité publique.

2. La limite de 140 caractères doit sauter pour passer à 200. Cette limite technique était imposée par l’usage des SMS. Si cela a comme effet positif de pousser à la concision, tout le monde fini par la contourner quand ça l’arrange soit en massacrant orthographe et grammaire, soit en postant des screenshots ou autres méthodes similaires. TwitterOS propose une limite à 200 caractères pour laisser la place d’exprimer une idée ou un point de vue sans pour autant perdre ce besoin d’effort de précision dans l’expression. Pourquoi 200 ? Pourquoi pas. Sinon, oui, les TwitterOS Storms sont toujours un bon moyen d’expression que TwitterOS encourage.

3. Pas plus de 3 hashtags par tweet. D’une part, cela rend les timelines illisibles lorsqu’il y en a trop. D’autre part, exprimer une idée en 200 caractères est suffisamment difficile pour que celle-ci ne puisse traiter en plus de tant de sujets différents. Disons qu’un hashtag centralise sur le thème, un localise géographique l’idée si besoin pendant que le 3ème va en balancer l’expression par une touche de sarcasme ou d’humour. Voici un exemple objectif : « Très heureux de cette victoire écrasante du @StadeToulousain qui s’impose très facilement à #Toulon en pratiquant un #Rugby fougueux mais réaliste. #JeuxDeMains »

4. TwitterOS peut apprendre d’Instagram. La photo est un formidable moyen d’expression et plus de 1,8 millard de photos sont publiées, d’une manière ou d’une autre, chaque jour dans le monde. TwitterOS offre donc des options très avancés en matière de retouche de photo, mais aussi d’utilisation de texte qui ne soit pas contre-nature, en ajoutant des fonctionnalités très simples comme celles de Pablo, par exemple.

5. TwitterOS ne stocke pas les vidéos de façon native. Il y a déjà de grands garçons comme Youtube, Facebook ou Vimeo qui font ça très bien. Il me semble bien plus pertinent de se concentrer sur l’expérience des utilisateurs autour de ces mêmes vidéos que l’on laisse chez les autres plutôt que de vouloir absolument s’approprier une part d’un gateau il est vrai gigantesque mais pour lequel on n’au aucune légitimité. Se battre pour parvenir à un résultat convenable quand on est trop loin de son propre ADN demande des efforts immenses qui ne me semblent pas judicieux.

6. Un service similaire à Periscope est intégré de façon native dans TwitterOS. Ce qui fait la force de Twitter est sa parfaite adaptation à la circulation des idées et de l’information en temps réel. Pouvoir streamer les images de ce qu’il se passe autour de soit parce que cela présente un intérêt pour ses followers ou pour le monde est indispensable.

7. TwitterOS n’a pas un business model, mais il en a 3. Comme chaque compte est vérifié, le Knowledge Graph que l’on peut bâtir est extrêmement puissant et vraiment concentré sur ce que tu es et tes centres d’intérêts réels. Ainsi, après quelques mois d’utilisation sans publicité (je ne veux pas ruiner ton expérience de débutant pour pouvoir te faire prendre goût au service), nous pouvons en savoir assez sur toi pour te servir des publicités 100% adaptées à tes besoins. Les annonceurs sont ravis et prêts à payer beaucoup plus cher des micro-campagnes générées à la volée même si au final, seulement 10 personnes sont atteintes par le message que tu personnalises pour elles. Le mot d’ordre est : Ultra-targeting. Mais je pense que la publicité ruine l’expérience utilisateur, même quand elle est habile donc contre 2 ou 3 euros par mois, nous te garantissons une expérience pure, sans publicité ni collecte de données, sans la moindre intrusion dans ta vie privée ni la moindre appropriation de ton contenu. Qui n’est pas prêt à sacrifier un café par mois pour une expérience bien meilleure et éthique ? Enfin, toujours sur le thème des données, nous monétisons notre API pour tous ceux qui souhaitent bâtir des services tiers sur notre plateforme… mais j’y reviens en détail plus loin.

8. Vous ne pouvez pas voir le nombre de followers des autres utilisateurs. C’est un chiffre qui vient fausser votre jugement en pré-supposant que vous êtes un idiot. Vous ne devez pas suivre quelqu’un parce qu’il a beaucoup de followers mais parce que vous aimez ce qu’il poste. Avoir beaucoup de followers est important pour celui qui les a car ça lui donne une audience forte et, idéalement, engagée donc utile. Toutefois, c’est trompeur pour celui qui regarde simplement les chiffres car il est possible probable que ces milliers de followers ne lui ressemblent pas forcément. @JustinBieber a beaucoup de followers (plus de 75 millions), mais je ne le suis pas pour autant car je ne fais pas parti de ces tribus. C’est très visible dans cet exemple, mais bien moins évident pour un compte qui n’a que quelques milliers de followers. Du coup, dans les effets de bord positifs de cette 8ème idée, l’achat de followers n’a plus de sens lui non plus, car on gomme l’égo de l’équation. De toutes façons, l’achat de followers devient irréaliste puisque tous les comptes sont vérifiés. Vous suivez toujours la logique de point 1. ? Evidemment, en tant qu’utilisateurs, vous savez combien vous avez de followers et nous vous donnons des tonnes d’analytics sur votre façon d’utiliser Twitter parce que nous voulons que vous puissiez vous améliorer.

9. Vous ne pouvez pas suivre plus de 2000 personnes ou marques. Ainsi, TwitterOS vous oblige a vous concentrer sur ceux qui vous intéressent vraiment et vous aide à garder une timeline relativement lisible sans avoir à vous imposer un algorithme qui va vous montrer le monde selon ses propres valeurs. TwitterOS vous offre un monde sans filtre, une vision pure et cristalline. Accessoirement, cela oblige chaque utilisateur, notamment les marques, à créer un contenu de meilleure qualité si elles veulent vous garder. La concurrence fait rage et tire tout le monde vers le haut. A l’heure où j’écris ces lignes, je suis environ 2800 personnes. Je pense que l’heure est venue de faire un grand ménage et de repartir à 0. C’est une forme de cure de Detox dont votre compte comme votre corps a besoin de temps en temps. Pourquoi 2000 ? Parce que… mais on peut affiner avec des spécialistes de l’expérience utilisateur ou un peu de Data Analytics.

10. TwitterOS offre une API performante et largement ouverte à tous. Tout le monde peut y accéder pour développer de nouveaux services utiles à tous, voir boucher les trous que TwitterOS a laissé béants. L’utilisation de l’API est gratuite, car je pense que la Data et les fonctionnalités de TwitterOS ont une réelle valeur, qui transforme cette ouverture d’API en une forme de financement de projet et d’incubation de startups. Si votre service rencontre de la traction et commence à se monétiser, vous devez partager avec nous une partie de ces revenus. TwitterOS est bien un incubateur mais on ne vous oblige pas à nous avoir à votre capital, même si nous avons indirectement participé à votre financement. Si vous ne rencontrez pas le succès que vous espériez, nous en sommes vraiment triste et on ne va pas en plus vous taxer donc un échec ne vous coutera rien de notre part. Enfin, si vous êtes un organisme à but non lucratif, l’accès à l’API est 100% gratuit à vie car vous faites quelque chose de formidable que nous voulons encourager.

Je pourrais continuer ainsi pendant des heures mais je pense que j’ai déjà perdu la majorité d’entre vous avec mes délires. Twitter est, à mon sens, l’une des plus formidables réussites que l’Internet nous ai donné, car c’est un outil qui peut renverser des dictatures et me permettre d’échanger avec @ElonMusk tout en partageant les matchs de rugby avec d’autres passionnés assis les samedis dans une même tribune numérique et devant la TV.

Vous pouvez me suivre sur Twitter sur @pocarles pour me dire ce que j’ai sans doute oublié, me répondre par email ou le faire directement en commentaire sur le blog. Gardez en tête que j’ai aussi co-fondé Digroot, ce qui en dit long sur ma philosophie vis à vis de Twitter.

PS pour les abonnés à la Newsletter : Vous devriez lire attentivement les mentions en petit dans le footer, elles cachent quelques pépites 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.